Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Colloque international juin 2012 - DILTEC Groupe Tâches et dispositifs
Didactique des langues, des Textes et des Cultures

Partenariats

Paris3

Appel à communication pour le colloque international des 20, 21 et 22 juin 2012

Langages – Cultures - Sociétés : interrogations didactiques

Le laboratoire de didactique des langues, des textes et des cultures (DILTEC, EA 2288) arrive à l'heure d'un bilan. A cette occasion, et au cours d’une réunion internationale à Paris les 20, 21 et 22 juin 2012, ses membres souhaitent mettre en regard les résultats de leurs travaux avec ceux obtenus dans d'autres équipes et s’interroger ainsi sur les perspectives de recherche qui se dessinent dans le champ de la didactique des langues.

En raison de la pluralité des domaines et des thèmes qui font l'objet des recherches de l'équipe, ce colloque s’organisera autour de quatre thèmes qui, par leurs orientations différentes et leurs recoupements partiels suscitent une réflexion sur les liens entre la didactique des langues et ses disciplines de référence. La compréhension des objets de la didactique des langues impose en effet un travail qui se situe à l’intersection de différentes disciplines qui, comme, la linguistique, la sociologie, la littérature, l’anthropologie, la psychologie, pour ne donner que quelques exemples, contribuent à éclairer les interrogations didactiques.

Deux conférenciers invités ouvriront et fermeront le débat afin d'une part de déterminer les grandes tendances de la recherche dans nos domaines de par le monde et d'autre part de faire une synthèse des débats du colloque. Les travaux du DILTEC seront présentés par ses membres, au cours notamment de quatre conférences plénières. Le colloque, envisagé comme un lieu de rencontres et d’échanges, vise à souligner, à décrire, à analyser ou encore à interroger la complexité des relations qui se tissent entre langages, cultures et sociétés (tout comme entre les disciplines qui les étudient) dans les interrogations et recherches en didactique des langues.

Pour envisager plus précisément un tel objectif, chacun des quatre axes thématiques suivants, dessinent des pistes et des cadres de réflexion autour desquels les propositions de communication s’articuleront.

 Thème 1 - Politiques Linguistiques éducatives

Les institutions éducatives sont des acteurs décisifs des politiques linguistiques. Elles ont à charge d’assurer la transmission des langues et des savoirs, de diffuser les normes des langues officielles ou majoritaires dans le cadre de la variabilité…; elles constituent une instance de légitimation sociolinguistique... A ces titres, elles ont à valoriser, gérer et développer les répertoires de langues et de discours des apprenants, pour assurer la cohésion sociale, le développement personnel et professionnel, l’égalité des chances et pour répondre aux besoins linguistiques de l’Etat.

Ces responsabilités requièrent d’imaginer, de mettre en oeuvre et d’évaluer, en fonction des contextes et des groupes d’apprenants concernés, des dispositifs adéquats en termes de finalités, objectifs, programmes et démarches d’enseignement, dans le cadre des équilibres démocratiques indispensables et de la prise en charge des réalités multilingues qu’il est devenu politiquement coûteux d’ignorer.

Les propositions de communication porteront sur les questions posées par l’élaboration, la mise en place et l’analyse de tels dispositifs, qui concernent toutes les langues impliquées (de scolarisation, étrangères, régionales, minoritaires, apportées par les personnes migrantes, signées…) dans des contextes éducatifs comme les enseignements pré primaires, obligatoires, de second cycle (général et professionnel), universitaire, de formation continue…

 Thème 2 - Épistémologie et histoire

Les communications pourront porter à nouveaux frais sur les objets traditionnellement étudiés en histoire et/ou en épistémologie des disciplines d’enseignement : processus de didactisation, de scolarisation et d’institutionnalisation des savoirs linguistiques ou littéraires ; recours de la didactique des langues aux théories de référence, notamment aux théories linguistiques ; rôle des disciplines contributoires (théories de l’acquisition, anthropologie culturelle - ou, plus largement, sciences de la culture -, sociolinguistique, théorie des interactions, psychologie et/ou linguistique cognitive…), etc. De façon plus large, on retiendra de préférence les propositions consacrées aux époques moderne et contemporaine et celles qui cherchent à dresser l’état des recherches les plus récentes en épistémologie de la didactique des langues.

Certaines communications pourront faire écho aux travaux dirigés ou publiés dans le cadre du DILTEC et consacrés notamment

-          à l’inscription de la didactique des langues au sein des sciences du langage et plus largement  des sciences humaines et sociales ;

-          aux apports de l’histoire (histoire des sciences et histoire des savoirs enseignés) à l’épistémologie des disciplines et aux liens qu’entretiennent histoire et épistémologie dans différents paradigmes épistémologiques ;

-          au renouvellement conceptuel des recherches portant sur le plurilinguisme ;

-          aux rapports entre distanciation scientifique et engagement personnel et/ou idéologique, à la portée éthique et déontologique de la réflexion historico-épistémologique dans le domaine.

Qu’elles soient de type monographique ou à visée plus générale, les communications attendues auront trait également

-          aux enjeux épistémologiques représentés par les dispositifs d’enseignement et de recherche en didactique des langues : organisation des cursus universitaires (programmes d’enseignement, création de postes, modalités de recrutement des enseignants…) et de la recherche (congrès, revues spécialisées, sociétés savantes, laboratoires…) dans différents contextes nationaux ou internationaux ;

-          aux formes de diffusion et de vulgarisation des savoirs didactiques et aux effets en retour des pratiques d’enseignement ou de la demande sociale et politique sur l’organisation de la recherche dans le domaine ;

-          aux modèles historiographiques disponibles et aux questions de méthode en histoire de la didactique des langues (périodisations, établissement des données, constitution de corpus, etc.) ;

-          à la formation et/ou à l’organisation de traditions ou d’écoles de pensée dans le domaine de la didactique des langues ;

-          aux conditions et aux formes d’inscription des enseignements consacrés à l’histoire/épistémologie de la didactique au sein des cursus universitaires de didactique des langues. 

 Thème 3  - Contextualisations de l’action didactique

L’action didactique qui s’exerce en direction d’un public d’apprenants est toujours inscrite dans un contexte, elle est située et diverse dans ses réalités. Mais sont aussi diverses les perspectives de recherche de celui qui l’observe et tente d’en rendre compte. Le contexte de l’action didactique peut être caractérisé à partir de variables assez largement acceptées telles que le contexte sociolinguistique (alloglotte ou homoglotte), le niveau scolaire (primaire, secondaire ou supérieur), le type de formation (initiale ou continue), l’âge des apprenants, la modalité de la situation d'exposition à la langue – guidée par un enseignant, apprentissage par immersion, acquisition naturelle non guidée, formelle ou informelle–, le statut sociolinguistique de l’enseignant (natif ou non-natif de la langue enseignée) ou, encore, le statut que l'on attribue à la langue/aux langues faisant l'objet d'une didactisation. Les dispositifs d’enseignements sont eux aussi autant de contextes, que ce soit dans le cadre de cours traditionnels, de cours faisant place à l’interaction ou encore de cours hybrides ou à distance par l’usage des technologies de l’information et de la communication. Ces variables servent à caractériser des contextes qui ne s’excluent pas forcément les uns les autres. Ces contextes interrogent fortement l’agir du professeur de langues, ses représentations et ses savoirs ainsi que l’exploration des modalités d’interaction : sa formation s’en trouve fondamentalement renouvelée. Nous invitons les participants à présenter des travaux qui s’attachent à la caractérisation des contextes dans leur relation avec l’action enseignante, dans leurs dimensions historiques, institutionnelles, sociolinguistiques et socio-politiques, mais aussi localement définis par les acteurs eux-mêmes, et ceci en partant d’enquêtes empiriques ou d’ investigations théoriques en didactique des langues sous l’un des angles suivants :

-          Discours de classe, registres discursifs et énonciatifs, description selon les contextes ;

-          Représentations des enseignants, des apprenants, de la société civile sur l’enseignement/apprentissage des langues : croyances, idéologies selon les environnements socioculturels ;

-          Formation profils et trajectoires d’enseignants, cultures d’enseignement et répertoires didactiques ;

-          Conception, mise en place et évaluation de tâches et de dispositifs d’enseignement/apprentissage des langues.

-          Acquisition et appropriation du français en tant que langue étrangère et, des langues, parcours d’appropriation bilingue ou plurilingue selon divers contextes et selon les objets didactiques en circulation (interrogations par rapport à des références institutionnelles comme celles du CECR).

 Thème 4 - Cultures et langages en tension 

La mondialisation d’aujourd’hui succède à divers stades et formes de mondialisation, qui dans le passé n’ont cessé de mettre les cultures et les langages en tension, voire en opposition directe, à l’intérieur des mêmes sociétés, des mêmes espaces civilisationnels ou aux  points de rencontre (ou de fracture) de ces espaces.

Parmi ces tensions, l’une des plus frappantes concerne les relations entre les langues, nécessairement inégales et toujours instables. Ce que rappellent, entre autres, la diffusion de la littérature, l’économie de la traduction, celle de l’enseignement des langues étrangères et, plus largement, l’existence d’un « marché des langues ». Ces tensions affectent également, au-delà des différenciations sociales d’origine,  les relations établies dans un même espace économique ou national par les sujets natifs et non natifs. En effet, les déplacements contraints ou volontaires des hommes et les diverses formes de plurilinguisme qu’ils favorisent sont une des caractéristiques de la mondialisation, qu’elles relèvent de l’immigration, de l’expatriation choisie ou du tourisme.

Les propositions de communication pourront porter sur les grandes entrées suivantes :

 - Diversité des langues et des cultures : la dialectique du global et du local

Il importera de voir en quoi parler une même langue ne signifie pas nécessairement appartenir à une même culture, et de s’interroger sur la mesure dans laquelle la diversité des langues n’est pas nécessairement incompatible avec la convergence, voire l'unité, ou l’unification, ou la standardisation culturelles. Ce qui revient à prendre en compte la complexité de la dialectique du « global » et du « local ». Dans cette perspective, l’accent pourra être notamment mis sur le français et la littérature dans les espaces francophones.

 - Plurilinguisme et didactique de l’enseignement de langue et culture étrangères

Une attention particulière pourra être accordée aux conséquences de l’extension de grandes langues de communication  qui met en cause même l’idée de « locuteur-natif » et qui accroît nécessairement le nombre des professeurs de langue non-natifs. De ce point de vue, la didactique renvoie aux interrogations sur la légitimité de l’enseignant de langue et de culture étrangères.

 - L’effet d’Internet et de la numérisation sur l’économie des langues et des cultures

Cette dimension, essentielle aujourd’hui dans la circulation et la transmission des savoirs, semble avoir pour effet de renforcer l’écriture et la circulation des textes et des informations dans des langues et des systèmes graphiques longtemps minorés. Parallèlement, la distribution entre l’oral et l’écrit (et entre les langues) se trouve modifiée et considérablement complexifiée. Enfin, la numérisation conduit également à un partage des images qui, par définition, sont nécessairement ambigües et ouvertes à l’interprétation.

Soumettre une proposition

Date limite de réception des articles :

15 Février 2012

Pour toute demande d'informations complémentaires, prière d'adresser un courriel à : colloque-diltec-2012@univ-paris3.fr

Cedric Brudermann et Martine Derivry - 31/03/12